Remise en cause de la moralité de son supérieur hiérarchique

Dans un courrier électronique adressé à son supérieur hiérarchique, le salarié avait mis en cause la moralité de ce dernier pour lui imputer l'échec d'une ou plusieurs ventes.

Le salarié a été licencié pour cause réelle et sérieuse. La Cour de Cassation a décidé que le salarié avait abusé de sa liberté d'expression et a validé le licenciement. Cass soc 10 octobre 2012 n°11-18985

Commentaires

Rédigez votre commentaire :

<% errorMessage %>
<% commentsCtrl.successMessage %>
<% commentsCtrl.errorMessage %>

Les réactions des internautes

a réagit le

<% comment.content %>

  • a répondu le

    <% subcomment.content %>

Répondre à ce fil de discussion
<% errorMessage %>
Aucun commentaire n'a été déposé, soyez le premier à commenter !